L’innovation interactive en spectacle vivant

L’innovation interactive en spectacle vivant

L’Innovation interactive en spectacle vivant

Que ce soit du théatre, de la danse, de l’opéra ou du music-hall nous vivons d’importantes mutation des outils de mise en scène

Imaginez par exemple qu’une danseuse du  Lido ou du Crazy Horse se mette à interpeller le public.

L’approcher, partager un moment unique avec ce spectateur? établir un réel contact virtuel?

Ça parait impensable, il y a trop de traditions et encore trop de tabous pour que cela soit envisageable…

Et pourtant, après de longues années d’expérimentations nous pouvons le réaliser aujourd’hui de manière subtile et dans le respect de l’art.

Un peu d’explications :

Depuis ces 5 dernières années l’interactivité trouble les codes traditionnels du spectacle.

Parler d’interactivité nécessite de bien préciser qu’est ce qui est interactif vraiment et pourquoi, dans quel but.

Pourquoi ?

Parce qu’un spectacle doit être pensé, généreux, et surprenant, parce que toutes les actions d’un spectacle doivent d’abord avoir un sens, s’inscrire dans une histoire et la servir, dans le seul but de générer du rêve et simultanément de l’émotion et de la compréhension..

La difficulté des metteurs en scène est de transporter le spectateur au delà des limites de notre environnement réel.

Le virtuel au travers des supports de projection vidéo est entré en interaction avec les interprètes du spectacle mais pas encore avec les spectateurs. La raison en est que les créateurs, souvent des artistes visuels, ignorent les codes du spectacle vivant.

Quels en sont les codes? 

Globalement c’est L’art de représenter et de communiquer une intention, une nécessité, un point de vue autre sur qui nous sommes, qu’est ce qui nous anime, qu’est qui fait que nous sommes vivants. et c’est d’autant plus difficile que cela se fait sur une durée limitée dans le temps.

sinon à quoi bon?

Qu’est qui fait la différence entre un show purement visuel et un spectacle vivant.?  c’est le mot vivant, derrière lequel il y a :  des êtres humains qui nous touchent, nous émeuvent, dans lesquels nous nous projetons et avec lesquels nous créons une relation forcément affective, émotionnelle et nous embarquent dans un processus de sensation et de réflexion simultanément.

C’est donc typiquement sur cette relation fondamentalement humaine que nous pouvons innover, et concrètement intervenir bi-directionnellement : Du spectateur à l’artiste sur la scène et l’inverse bien entendu.

C’est une expérience unique que de se sentir tout d’un coup, devenir un « acteur » du spectacle auquel on est supposé uniquement assister.

C’est une révolution essentielle dans l’histoire du spectacle.

On vous dira que cela a déjà été fait,  oui c’est vrai, mais on a jamais vu encore les personnages et la matière visuelle de Méliès aller au devant du spectateur. C’est de cela dont il s’agit.

Pourquoi se référer à Méliès au fait ?

Parce que c’est lui, le grand visionnaire, qui a détourné la perception en créant l’illusion. Parce qu’il nous a donné des clés pour aujourd’hui réaliser ce que nous pouvons faire avec les technologies visuelles virtuelles et donc interactives.
Il aurait été certainement un grand innovateur et metteur en scène s’il avait eu à son époque les outils numériques qui viennent de sortir du cerveau de délicieux développeurs.

Comment procéder ?

Alors intervient la puissance de l’écriture virtuelle et du sens qu’elle peut véhiculer.

Comment créer un intermédiaire virtuel acteur, initiateur, provocateur, bienfaiteur, magique, qui soit capable d’étonner, d’apporter une 4ème dimension aux actuelles dimensions du spectacle vivant ?

Capable de transformer la perception d’une mise en scène dans sa spatialité, tout en restant explicite… connecté avec l’audience comme on devrait dire…

Finalement, que le proscenium de l’espace de représentation disparaisse, grâce aux inventions virtuelles, pour que les spectateurs fassent un avec la mise en scène.

Ça passe par la prise en compte du potentiel de la création virtuelle et son adaptation aux codes du spectacle.

Ca nécessite une connaissance par l’expérience, de la mise en scène de ce que l’on peut réaliser virtuellement et dans la réalité. Il faut définir les bases d’un langage nouveau   entre virtualité et réalité.

… Aller aussi loin que possible dans cet espace purement imaginaire que nous permet le virtuel et de ramener ensuite cette matière dans notre perception réelle en la travestissant, en l’illusionnant…en la faisant agir, inter-agir avec nos arts traditionnels dramatiques chorégraphiques, lyriques, visuels

En fait cela pourrait être expliqué par une image : rendre réelle l’aura de l’intention d’un spectacle,  car il s’agit de cela…

Les technologies virtuelles ne sont jamais qu’un moyen d’exprimer et de représenter ce que la réalité ne permet pas, mais que la technologie elle; le peut. .

Le mot spectateur serait alors plus juste s’il devenait acteur.

Faites de beaux rêves …

Marc joseph  Sigaud

Laissez un commentaire